BioHomme #6, Nostalgie

Un baiser pour chacune.
Sur le front.
Il les aime tellement.
C’est sa force, sa colonne vertébrale.
Nicolas les a fait venir dans le petit pavillon d’été.
Il n’a pas encore la force de regagner Paris, mais il ne peut pas vivre sans ses deux filles. Il ferme la chambre discrètement, elles étaient intenables, surexcitées par ces deux jours improvisés, au soleil, avec leur papa.
Il a dû batailler pour les coucher, sans réelle conviction éducative, il adore jouer.
Au grenier, ses J’aime Lire, ceux des années 80. Il en a lu plusieurs, fasciné par leurs regards brillants, les rires, les remarques de ses deux p’tits bouts, lui qui ne voit plus le monde que du haut de ses yeux d’adulte.
Elles lui font du bien. Et remontent en lui des souvenirs qu’il pensait disparus. Des moments partagés. Avec son frère, sa mère, la nounou Catherine.
Il se pose dans la cuisine-salon-salle-à-manger-bureau et rien, sinon cette cabane sous l’ancienne voie-ferrée, entre deux chênes lièges envahis de gui.
Nicolas sourit, il est bien.

Laisser un commentaire