BioHomme #3, Chasseur

Les réseaux hiérarchisent leurs clients.
On y réussit qu’avec un peu d’éducation, il faut pouvoir faire rire en quelques mots, si possible en orthographiant ses saillies littéraires comme il se doit. En bas, les machos incultes, en haut, les digitales natives instruites et célibataires, adeptes du plan cul, véritables Golden VIP, avec des scores à huit chiffres.

On devient aussi produit. On consomme l’individualité de l’autre. Et réciproquement, nous sommes la tranche de lard ou le tournedos d’un caddie affamé.
Les applications construisent des rayons où l’on pioche librement. On est produit d’appel, et client exigeant. Essayer des personnes comme on essaye une chemise, et si la soie est douce, ajustée, placer l’emballage dans son panier, et là peut-être, entamer quelque chose d’humain.

On peut sagement construire un profil qui nous ressemble, ou qui s’en approche. Gommer quelques faiblesses, choisir le côté qui met en valeur.
Emma est de celles-là.

Laisser un commentaire