La vengeance de Khadidja, 3.

Où l’on découvre que Khadidja est un krach qui guerroie armée de dérivées, et qu’elle sait mettre les garçons à ses pieds

Épisode précédent

Khadidja est amoureuse d’Alexandre, mais elle voudrait aussi réussir.
Dans sa tête elle sait qu’elle pourrait faire ingénieure. Qu’elle pourrait bosser au Qatar ou en Australie. Mais elle se sent pas trop. Un jour elle en a parlé et les mecs ont ricané.
Elle les tue tous en maths.
Un par un ou en groupe, comme ils veulent.
C’est ce qu’elle préfère. Rendre des copies tellement meilleures que le prof lui met 21. Pour le symbole il dit.
Les autres ils sont jaloux c’est tout.
Depuis la première elle prépare son admission à Henri IV. Son prof lui a dit qu’elle pourrait avoir une bourse.
Khadidja adore la biochimie. Elle se demande comment Dieu a pu penser tout ça. Parfois quand elle lit des articles sur internet, elle ressent l’infini du monde, ça la passionne. Elle clique, elle clique, et quand elle relève la tête il est quatre heures du mat…

Elle se demande aussi d’où ça sort cette histoire de virginité. Elle a rien lu dans le Coran là-dessus. Pourtant les garçons ils ont l’air de trouver ça trop important. Il paraît qu’en Égypte les policiers peuvent contrôler ton hymen !
Sur Wikipédia elle a lu que c’était une tradition pour garantir au père sa paternité. Mais elle comprend pas pourquoi ça reste vu que maintenant y’a la pilule et L’ADN …

Elle angoisse un peu d’affronter l’élite de son pays.
Elle va passer d’un monde coloré et féminin à une planète blanche et poilu. Enfin poilu… Peut-être qu’ils auront des boutons. Y’a des geeks dans son lycée, ils ont l’air gentils. Elle se dit que les mecs en prépa-math, ça doit être un peu comme les prétendants dans la belle et ses princes presque charmant.

Le bac approche.
La banlieue fond sous le cagnard de juin.
Alexandre est intenable, il met ses mains partout. Khadidja aime ça. Ça lui donne faim toutes ces caresses.
Il va en BTS. Il reste au lycée. Le même lycée. La même banlieue …
Est-ce que si elle se donne, ça vaut comme une promesse ?

Le soir de l’épreuve de philo, elle a choisi le commentaire de texte sur Sartre, L’être et le néant. L’engagement, la responsabilité. Elle descend au pied des tours, Alexandre est en bas, il révise pas. Elle lui prend la main, ils s’éloignent des marches, des ricanements.

Elle le regarde dans les yeux, ils sont face à face, les mains liées.
— Tu sais, je vais avoir mon diplôme …
— Je sais oui.
— Tout va changer …
— On dirait bien.
— Tu pars toujours en Espagne ?
— Dimanche ouais, jsuis trop frais ! Je vais ramener un peu d’argent.
— …
— …
— Tu te souviens l’année dernière ? On était sur le toit. Tu me parlais de l’Islam. Du mariage, des filles biens, que tu voulais une vie rangée, tu cherchais ta halal…
— …
— Ok.
— …

Elle sourit. Elle est triste.

— Merci Alex. J’ai adoré le goût de tes baisers.
— Attends.
— …
— Vendredi tu auras terminé ?
— Oui.
— Retrouve moi tout en haut.
— Sérieux ?
— Parole.

Il se frappe le cœur.

Elle saute à son cou. Elle l’enlace. Elle l’embrasse.

Épisode suivant

Laisser un commentaire